Jeuxvideo-world

[Test] XCOM 2

7 Octobre 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Après un excellent XCOM Enemy Unknown qui signait un retour convaincant de la licence, 2K Games propose en cette année 2016 une suite qui s'intitule sobrement XCOM 2. Une sortie en deux temps, d'abord sur PC depuis le 5 février dernier, puis sur PlayStation 4 et Xbox One depuis le 30 septembre. Une sortie PC extrêmement convaincante qui laissait donc logiquement entrevoir une adaptation sur les nouvelles consoles de salon, quelques mois plus tard c'est donc le cas avec l'espoir de trouver une expérience de jeu similaire si l'adaptation est soignée, toujours aussi fun et complet avec une manette ?

Autant le dire tout de suite, cette version console (PlayStation 4 dans notre cas) démontre les mêmes qualités et défauts que la version PC de début d'année, ce qui pourra paraître un peu frustrant. Par rapport au premier volet, on apprécie donc toujours cette immense pour rendre l'univers plus profond et avec un souci du détail que l'on ne trouvait pas. Ceci dit, la direction artistique reste toujours en retrait et il ne sera pas rare de trouver le jeu parfois un peu trop terne et sobre. Difficile par contre de ne pas être sous le charme du travail réalisé sur le level-design du jeu, ainsi que la mise en scène. Les maps du jeu sont généralement aléatoirement dans ce nouvel épisode, rendant le jeu bien plus excitant et obligeant au joueur de poser sa stratégie plutôt que d'essayer de connaître la map par coeur et d'en profiter après plusieurs tentatives.

D'ailleurs au niveau des environnements, si la direction artistique progresse timidement, on apprécie la variété des décors de ce nouvel épisode. Un univers cohérent et captivant qui souffre surtout d'une technique perfectible. La version PC souffrait lors de sa sortie d'un problème d'optimisation. Malgré quelques correctifs, on encore loin d'un jeu avec une excellente finition. Attention cela ne signifie pas pour autant que cela gâche l'expérience de jeu, on pouvait juste espérer un plus grand confort visuel. Malgré de belles couleurs, des textures plus fines, une modélisation plus propre, les bugs sont trop nombreux. Ces bugs sont visibles à tous les niveaux, autant pour les textures que pour les collisions.

Ainsi il ne sera pas rare de voir des cinématiques souffrant de petits bugs, des parties qui subissent des ralentissements ou encore des temps de chargement trop longs pour cette génération de consoles. Au niveau de l'affichage, on constate également des bugs en plus d'une caméra parfois capricieuse. Cette version console se montre quand même plus stable et propre que la version PC lors de sa sortie, on pouvait espérer de plus grands correctifs pour cette sortie en fin d'année, il faudra donc patienter encore avec quelques patchs pour parvenir à une finition digne de ce nom. Le duel entre les résistants et les aliens reste toutefois pétillant à découvrir !

On en vient à la grande question, est-ce que cette adaptation console parvient à s'en sortir au niveau du gameplay. C'est un immense oui à l'image de l'épisode précédent. On peut sans problème féliciter l'excellent travail du studio The Workshop pour ce portage convaincant. La prise en main est assez simple et surtout les commandes sont intuitives et agréables, des sensations plutôt rares pour un jeu de stratégie et de gestion initialement conçu pour le PC et donc le combo claiver/souris. Le premier épisode était riche, difficile et jouissif, le second enfonce le clou dans tous les registres. Non seulement il est encore plus difficile mais surtout les possibilités sont plus nombreuses grâce à un contenu solide et un concept maîtrisé.

L'expérience de jeu est basée sur deux phases, son QG qui correspond à à la nouvelle base mobile de cet épisode et qui offre un joli clin d'oeil à la base que l'on retrouve dans un film Marvel : Les Avengers. C'est donc dans cet endroit que vous pourrez prendre du recul et organiser les différents secteurs de la résistance. Il faudra donc gérer la partie recherche et développement sous la responsabilités des scientifiques. Cette partie vous permettra d'obtenir de nouvelles technologies afin de mieux appréhender les aliens qui possède une avance considérable sur ce point, c'est d'ailleurs l'une des explications de cette difficulté encore plus grande cet épisode. 

On a également la gestion des ingénieurs dont ceux-ci permettent de poursuivre et mettre en oeuvre les différents résultats obtenus par la section recherche et développement. Enfin on a la partie soldat qui se trouve au coeur de l'action et dont il ne faudra surtout pas négliger car lorsqu'un allié meurt, c'est une mort définitive (clin d'oeil à Blood Bowl par exemple). Votre allié est également susceptible de se faire capturer selon vos choix en mission, l'objectif et la situation. L'idée de cette base, c'est de gérer vos réserves, trouver des résistants, améliorer vos unités mais aussi la petite nouveauté, les renseignements qui permettent d'avoir des informations sur le plan des aliens. Il ne faudra donc pas se concentrer dans un domaine mais parvenir à un équilibre dans votre gestion sinon les choses vont rapidement devenir difficile sur le terrain.

Le temps s'écoule sur la carte du monde, il faudra se montrer efficace dans votre activité en passant d'une attaque d'aliens à la collecte de résistants, de ressources tout en sachant que dans votre base, le personnel ne se tourne pas les pouces, des découvertes technologiques seront donc potentiellement de la partie. là où cela devient très stratégique et sans pitié, c'est lorsque plusieurs évènements se présentent simultanément. Vous devrez ainsi faire un choix vers l'objectif que vous privilégiez, et mieux vaut réfléchir car ça peut devenir très critique par la suite, pour ne pas dire un vilain "game over"... Pour la partie combat sur le terrain, on est donc toujours face un tactical-RPG en tour par tour avec une nouveauté, l'infiltration (ou plutôt l'embuscade). 

En effet, on pourra mettre en place une approche discrète pour surprendre les aliens et avoir un avantage, à condition de faire les bons choix et ne pas se faire surprendre. Aussi, on retrouve son système d'action qui implique soit de faire un petit déplacement et de réaliser une action précise (tir, recharge, vigilance, soin...) soit de réaliser un grand déplacement mais sans la possibilité d'enchaîner par une action. Lors d'un tir, vous avez un compteur indiquant le pourcentage de chance de réussir son tir. Cela veut donc dire que le jeu contient une part de chance dans les affrontements même si certaines capacités permettent de garantir fortement le succès d'un tir. 

Néanmoins, il vous sera parfois possible d'assister à l'échec d'un tir alors que vos chances étaient supérieures à 80%. Il faudra donc parfaitement étudier le terrain, les ennemis et prendre du recul sur le potentiel de vos troupes pour parvenir à manoeuvrer l'ennemi de la meilleure manière possible, sinon ce sera un véritable massacre. Enfin, on pourra également mentionner un autre ajout sympathique : le piratage. Cela va dépendre de vos compétences de piratage avec comme pour un tir, des chances de réussir. Si c'est un succès cela devient un bel avantage mais dans le cas contraire, la situation sera encore plus délicate et riche en ennemis.

Au niveau de la durée de vie, il est indéniable que ce XCOM 2 est très généreux avec le joueur. Un contenu conséquent avec des missions principales et annexes suffisantes pour obtenir un temps de jeu de 50 heures environ en choisissant le niveau de difficulté normal qui apporte déjà pas mal de challenge. Au niveau des troupes, le jeu propose cinq classes : Ranger, Spécialiste, Tireur d'élite, Grenadier et enfin Agent PSI. La classe Ranger (anciennement "Assaut") se montre performante au corps-à-corps avec notamment l'usage d'une épée. La classe Spécialiste (anciennement "Supports") exploite la partie robotique du jeu avec l'usage d'un drone et le hacking des terminaux et robots ennemis. La classe Tireur d'élite (anciennement "Sniper") est logiquement percutante sur les tirs à distance, mais dispose d'un gros pistolet dans le cas d'un affrontement à courte portée. La classe Grenadier (anciennement "Heavy") maîtrise l'art de l'explosif, les décors ne résistent pas face à cette classe.

Enfin la classe Agent PSI est plus particulière et s'appuie sur des compétences psychiques. Il faudra accomplir certaines conditions pour obtenir l'accès à cette classe. Concernant l'arbre de compétence, chaque classe dispose de 7 niveaux avec à chaque fois deux talents à choisir pour chaque niveau. La grosse nouveauté, ou plutôt la confirmation d'un travail prometteur, se trouve du côté de la personnalisation. Dans l'épisode précédent, on pouvait déjà procéder à une customisation sympathique de nos troupes. Désormais le système va nettement plus loin, les palettes esthétiques sont plus poussées et riches pour réaliser un soldat à notre goût, de la tête aux pieds. Dans les nouveautés, on note la présence d'accessoires pour conserver un certain style face aux aliens, avec l'ajout des lunettes et un petit tatouage par exemple. On peut même définir une langue spécifique pour chaque unité, de quoi rendre l'équipe encore plus dingue et piquante.

Des options cosmétiques amusantes qui s'accompagnent de possibilités plus concrètes et importantes : l'amélioration des armes. En effet les armes disposent d’emplacements de mods pour devenir plus performantes. Comment obtenir les mods ? En prenant la peine de récupérer ceux-ci sur les corps des ennemis. Cela implique une certaine réflexion dans son approche et ses choix de déplacements. En effet, la collecte sera assurément maigre sur un ennemi tué à l'explosif mais surtout les aliens disparaissent du champ de bataille au bout de quelques tours. Il faudra donc réfléchir si l'on préfère se concentrer sur l'objectif ou alors consacrer quelques tours au loot dans l'espoir de faire une belle récolte. Une dimension stratégique supplémentaire qui fonctionne à merveille et qui peut d'une partie à une autre s'avérer aussi payante que catastrophique.

On termine en parlant de la bande-son mais aussi avec quelques mots sur le scénario de ce second volet. Tout d'abord concernant l'ambiance sonore, celle-ci se montre globalement très convaincante. Le premier point qui n'échappe pas à notre oreille, c'est la qualité des doublages Français proposés pour l'occasion. Des voix qui collent parfaitement aux différentes protagonistes mais aussi aux diverses situations. Les différentes compositions musicales du jeu se montrent suffisamment entreprenantes pour accompagner à merveille l'univers du jeu et le rythme des missions, au même titre que les bruitages. On pourra tout de même reprocher un petit manque de variété au niveau des thèmes, mais rien de très dérangeant.

Enfin par à la partie scénaristique, cette suite parvient à hisser son niveau d'écriture pour offrir un univers plus captivant et cohérent. L'action se passe 20 ans après les aventures du premier volet, XCOM perd la guerre contre les aliens et fait l'objet d'une trahison par le conseil. Ainsi, ce sont les aliens qui prennent le contrôle des lieux et impose une forme de dictature. Un petit groupe de résistants se forment sous la direction d'un certain Bradford (ce personnage doit parler au joueur du premier opus). Il va donc falloir mener l'enquête sur les réelles intentions des envahisseurs et d'un projet "Avatar" qui n'augure rien de bon pour l'humanité.

XCOM 2 est monstrueux et sans pitié, comme en février dernier. Sauf que cette fois-ci, ça se passe sur PlayStation 4 et Xbox One avec un réel succès. L'adaptation du jeu avec une manette est aussi bonne que dans le précédent épisode, avec au passage quelques optimisations et correctifs supplémentaires par rapport à la sortie de la version PC. Ceci dit, il reste encore quelques imperfections techniques pour vraiment arriver à une finition très convaincante, on pouvait espérer un meilleur peaufinage du jeu sur ce point.

Autrement, le gameplay est riche, addictif, exigeant et la durée de vie reste toujours aussi colossale, avec plusieurs niveaux de difficulté. Un challenge au rendez-vous, une ambiance sonore soignée et une histoire bien plus captivante, difficile donc de ne pas être sous le charme de cette suite qui confirme que la licence est bel et bien de retour.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 16/20
Gameplay : 17/20
Durée de vie : 17/20
Bande-son : 16/20
Scénario : 16/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 17/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article